Partager

Volumes Fugitifs

« Volumes Fugitifs. Faouzi Laatiris et l’Institut national des beaux-arts de Tétouan »

Du 05 mai au 30 août et du 15 septembre au 30 décembre 2016 (en deux volets), le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain accordera sa première carte blanche à l’artiste Faouzi Laatiris, sous le titre « Volumes Fugitifs. Faouzi Laatiris et l’Institut national des beaux-arts de Tétouan ». Autour de Faouzi, seront exposés : Mohamed Arejdal / Mustapha Akrim / Khalid El-Bastrioui / Safaa Erruas / Mohssin Harraki / Faouzi Laatiris / Etayeb Nadif / Mohammed Larbi Rahhali / Younes Rahmoun / Batoul S'himi Le commissariat de l'exposition est assuré par Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern de Londres. Pour accompagner l’exposition, un ouvrage ambitieux et trilingue (français-arabe-anglais) a été publié en coédition entre la Fondation Nationale des Musées et Kulte Gallery & Editions. Croisant les archives, les entretiens et les essais critiques, il retrace les trajectoires des professeurs et étudiants emblématiques de l’INBA de Tétouan, des années 1950 à nos jours.

Rétrospective Giacometti

Du 20 avril au 4 septembre 2016

Le MMVI présente, en collaboration avec la Fondation Alberto et Annette Giacometti, la première grande rétrospective consacrée à l’œuvre d’Alberto Giacometti (1901-1966) en Afrique. Cette exposition inédite est l’occasion exceptionnelle de réunir plus de 100 œuvres majeures de l’artiste, provenant des riches collections de la fondation. 46 sculptures, 19 peintures, 30 dessins, ainsi que des objets d'art décoratif et une riche documentation photographique, permettront d'appréhender les multiples aspects de l'œuvre de Giacometti. L'exposition permettra au visiteur de suivre l’ensemble de la carrière de l'un des plus grands maîtres de l’art du XXème siècle, depuis sa formation dans l’atelier de son père en Suisse, jusqu’aux chefs d’œuvres iconiques de la dernière période. Un itinéraire chronologique et thématique présentera tous les divers aspects de la production de Giacometti, en abordant les principaux thèmes de la réflexion créative de l'artiste.

Jidar, Toiles de Rue

Du 22 avril au 30 avril 2016

EAC-L’Boulvart et la Fondation Nationale des Musées sont heureux de s’associer, à nouveau, pour célébrer l’espace public et le street art au coeur de la ville lumière, et vous donnent rendez-vous avec la deuxième édition de Jidar, Toiles de Rue, du 22 avril au 1er mai 2016. Portée par la participation de 23 artistes de dix pays, et la réalisation de 14 fresques murales, cette 2ème édition prend pour ligne directrice la rencontre. Rencontre entre les imaginaires de trois continents, Afrique, Europe et Amérique, entre les techniques de trois sphères du street art, graffiti, pochoir et peinture murale, et entre les volontés de trois acteurs de l’espace urbain, public, artistes et institutions. Cette année, la façade du Musée Mohamed VI d’Art Moderne et Contemporain se prête un peu plus au jeu du street art avec une carte blanche au collectif britannique Agents of Change. Au programme également, des projections et conférences sur le street art, un atelier et une masterclass pour les semiprofessionnels et une résidence artistique.

PREMIÈRE INSTITUTION PUBLIQUE

AUX NORMES MUSÉOGRAPHIQUES INTERNATIONALES

Le Musée Mohammed VI, d’art moderne et contemporain (MMVI), s’inscrit dans le cadre d’une vaste politique de développement et de renforcement des infrastructures culturelles d’envergure du Maroc. Il s’agit de la première institution muséale dans le Royaume à se consacrer entièrement aux arts moderne et contemporain, et à répondre aux normes muséographiques internationales. Le MMVI couvre l’évolution de la création artistique marocaine dans les arts plastiques et visuels, du début du XXème siècle à nos jours. Or, cette époque est celle de deux cultures moderne et contemporaine, qui ne sont pas sans entretenir des liens de rupture ou de renouvellement avec l’héritage artistique et culturel traditionnel du pays.

UN MUSÉE AU COEUR DE LA CAPITALE

Implanté à Rabat, le MMVI ne se réduit pas un musée municipal.

À l’exemple des capitales du monde, comme Paris, Londres ou Madrid, le fait de créer un tel établissement dans la capitale politique et administrative du royaume marque la portée nationale du projet et sa vocation à rayonner au-delà du territoire de la cité qui l’abrite. Le choix de Rabat revient aussi à des considérations d’ordre pratiques. Rabat a des atouts multiples qui font d’elle une ville idéale pour accueillir un équipement culturel de ce type. La ville a d’ailleurs été classée patrimoine mondial par l’UNESCO en 2012, et représente l’une des meilleures destinations touristiques du pays.

LE MMVI, UNE VOLONTÉ ROYALE

Le projet d’un musée dédié à la création artistique moderne et contemporaine

est une initiative de Sa Majesté Mohammed VI. Construire le premier musée national d’art moderne et contemporain au Maroc est un acte historique fort dont l’objectif est clair : créer les conditions de conservation et de diffusion de notre patrimoine artistique, tout en encourageant la créativité et en œuvrant pour la démocratisation et l’épanouissement culturel. Grâce à Sa Majesté, ce musée consacré à la création moderne et contemporaine est un espace ouvert à tous les citoyens marocains sans distinction, mais aussi à toutes les personnes qui se rendent dans notre pays et qui aiment ses valeurs et sa culture ou qui souhaiteraient les découvrir.

LES MISSIONS DU MMVI

Le MMVI est une institution ouverte

ancrée dans son milieu et dont les missions principales sont multiples et indissociables. Il a pour objectif de récolter et acquérir, préserver et conserver, valoriser et promouvoir le patrimoine national pour les générations futures. Conscient de ses missions spécifiques, le Musée a également pour vocation d’initier le grand public à l’histoire picturale du Maroc du XXème siècle et à l’univers des pratiques contemporaines. Le MMVI est donc un véritable lieu de création et de transmission grâce à des projets culturels exigeants et créatifs, susceptibles de faire évoluer les conditions de productions du désir de culture en sensibilisant, notamment, dès le plus jeune âge.